Clermont-Ferrand

Qui n’a pas fait cette expérience ? Croiser un matin dans la rue, dans une boutique, dans les transports, quelqu’un qui sifflote ou chantonne un air populaire, et… hop ! C’est parti pour la journée. On l’a en tête, on le répète, on le jazz, on le rape, on le murmure… Surtout : on le colle à tout le monde. Refaire le trajet d’une chanson que des Parisiens s’échangent depuis le jeune coursier jusqu’à l’homme mûr mélancolique, telle est l’idée brillante développée par Yohann Gloaguen dans Comme un air. Un…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents