Un esprit de fête

Dans « Chemise
propre et souliers vernis », Jean-Pierre Bodin se fait le doux ethnographe
des bals populaires.

Gilles Costaz  • 22 janvier 2009 abonné·es

Bien souvent, les auteurs de théâtre qui évoquent le milieu populaire ont un regard un peu bourgeois (c’est de là qu’ils viennent) ou revendicatif (ils ont une hargne bien compréhensible). Pas Jean-Pierre Bodin, dont la plupart des spectacles dépeignent sans effort la

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Culture
Temps de lecture : 3 minutes