Des relations un peu trop confraternelles

Concentrée en peu de mains, très proche du pouvoir, la presse souffre de son uniformisation. C’est aussi une des raisons de ses difficultés actuelles.

Les États généraux de la presse, décrétés par le président de la République, donnent le ton : c’est le pouvoir exécutif qui décide. Rien d’étonnant quand on sait qui fait quoi. À la tête du Figaro, de l’Express, de Valeurs actuelles, l’avionneur Dassault est producteur d’armes… commandées par l’État. Également fabricant d’armes, actionnaire d’EADS, Lagardère possède notamment Paris Match, le Journal du dimanche, la Provence, Nice-Matin et 17 % du Monde. Les activités dans le bâtiment de Bouygues (TF 1,…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents