« Il faut sortir du panurgisme »

Jean-François Kahn*, fondateur de « Marianne », analyse les raisons de la crise. Il pointe les facteurs économiques mais aussi la responsabilité des journalistes et des patrons de presse.

Politis / Du contexte économique aux contraintes éditoriales, quel regard portez-vous sur la crise de la presse ? Jean-François Kahn / Elle frappe tous les quotidiens. Dans une économie libérale classique, ils fermeraient tous. Il y a plusieurs raisons à cette situation. À commencer par la crise économique actuelle. Si le Nouvel Observateur est déficitaire, c’est lié à l’effondrement de la publicité. L’habitude qu’ont prise les journaux que leurs recettes dépendent de celle-ci, de 40 % à 80 %, joue…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.