Passé les bornes, y a plus de limites

Le très admirable porte-parole du LKP, Élie Domota (qui depuis des semaines nous venge des jaunisses métropolitaines), déclare jeudi, après que tout un pan du PBG 1 a refusé de signer l’accord qui prévoit (notamment) de meilleures conditions de rémunération pour les salarié(e)s de l’île, que ces mauvais joueurs devront, s’ils persistent, quitter la Guadeloupe, et que le LKP, pour ce qui le concerne, n’a aucune intention de laisser « une bande de békés rétablir l’esclavage ». Bien dit, Élie ! La droite…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents