Dix ans de gauches latinos

Plusieurs ouvrages analysent une décennie de victoires des gauches latinos : la donne politique du continent n’est pas aussi bouleversée qu’attendu, même si le poids inédit des mouvements sociaux nourrit des espoirs.

Patrick Piro  • 16 avril 2009 abonné·es
Dix ans de gauches latinos

Le destin de l’Amérique latine fascine les intellectuels de gauche (en Europe notamment) depuis les luttes armées des années 1960. La décennie qui vient de s’écouler a considérablement ravivé leur intérêt : depuis 1998, une dizaine de pays ont rejoint Cuba dans le camp de la gauche, confirmant cette propension continentale aux évolutions rapides et synchrones, après la période noire des dictatures, puis les transitions démocratiques des années 1980, avant la soumission aux recettes néolibérales du Consensus de Washington. Plusieurs ouvrages récents s’attachent à déceler, derrière le destin, un dessein en gestation : le continent est-il en train de réinventer le socialisme ? Les mouvements sociaux, qui ont joué un rôle clef dans ce basculement, ont-ils un projet politique ?

Tout d’abord, il existe des parentés assez consensuelles sur les circonstances de l’arrivée au pouvoir de Chávez (1998, Venezuela), Lula (2002, Brésil), Kirchner (2003, Argentine), Vázquez (2005, Uruguay), Morales (2005, Bolivie), Correa (2006, Équateur), Ortega (2006, Nicaragua), Lugo (2008, Paraguay), Arias (2006, Costa Rica), Funes (2009, Salvador) [[Le Chili est généralement exclu de cette liste : si Lagos (2000), puis Bachelet (2006) sont « socialistes », le pays reste le principal chantre du libéralisme sur le continent. L’Amérique latine en rébellion. Mouvements antisystémiques et mort de la politique moderne, Carlos Antonio Aguirre Rojas,

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Idées
Temps de lecture : 8 minutes

Pour aller plus loin…

« Le système alimentaire mondial pourrait s’effondrer »
Entretien 14 février 2024 abonné·es

« Le système alimentaire mondial pourrait s’effondrer »

Depuis quarante ans, George Monbiot, éditorialiste britannique du Guardian, alerte sur les ravages écologiques. Dans son livre Nourrir le monde sans dévorer la planète, il s’attaque aux dérives du système alimentaire et se demande comment faire émerger un « monde d’après » agricole.
Par Tristan Dereuddre
La collection « Anthropocène » fait sa mue radicale
Livres 14 février 2024 abonné·es

La collection « Anthropocène » fait sa mue radicale

Après dix ans d’existence, la série de livres abritée par les éditions du Seuil change de nom. « Écocène » veut penser l’après-capitalisme et mise sur le dialogue entre différentes écologies : écoféministe, décoloniale, populaire.
Par Vanina Delmas
Faire converger agriculture et écologie
Intersections 14 février 2024

Faire converger agriculture et écologie

La récente mobilisation des agriculteurs a fait céder le gouvernement sur les questions environnementales. Ce qui revient à cacher le vrai problème de l’agriculture aujourd’hui : marchandisation, mise en concurrence et incapacité d’avoir une vision d’ensemble d’un secteur qui relève de nos conditions de vie mêmes.
Par Aurore Koechlin
Qu’y avait-il dans les cahiers de doléances ?
Sociologie 8 février 2024 abonné·es

Qu’y avait-il dans les cahiers de doléances ?

Des chercheur·ses dépouillent les registres mis à la disposition des Français après les mobilisations des Gilets jaunes. Des réflexions restées lettres mortes, mais qui mettent en lumière les attentes, espoirs et revendications de citoyens qui ne sont pas ceux que l’on entend le plus souvent.
Par Olivier Doubre