La chanson sé tan nou

Dans le cadre de Kréyol Factory, exposition sur la créolité, la Grande Halle de la Villette organise trois week-ends musicaux, sous le signe de la fête et de la lutte.

Dans les manifestations qui ont parcouru ces derniers mois la Guadeloupe et la Martinique, tambours et voix étaient ­omni­présents. On y entonnait l’hymne du mouvement, « la Gwadeloup sé tan nou », et d’autres chants encore. Au nombre des associations membres du Liyannaj kont pwofitasyon (LKP), figurent Akiyo, de Pointe-à-Pitre, et Voukoum, de Basse-Terre : deux groupes dont l’activité est largement musicale et qui sont impliqués dans les carnavals locaux. Cette présence de la musique dans le mouvement…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.