C’est d’la bombe !

Une plongée dans le travail situationniste de Kiki et Loulou Picasso.

Fini le Comité invisible et Julien Coupat. Faites place maintenant à la Fraternité des précaires. La quoi ? « La Fraternité des précaires ne revendique aucun acte illicite, aucun fait divers sanglant, pourtant la plupart des actes de malveillance ou d’incivilité attribués à des groupes anonymes ou à des individus isolés serait l’œuvre de ses Volontaires. » Grâce à L’Association, voici enfin disponible « l’étude d’impact sur le développement » de ses activités. En d’autres mots, et avec moins d’esprit…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.