Dossier : Humour et politique : Où sont les limites ?

Guy Bedos : « J’ai été courtisé par le teckel à poil dur »

Comédien, artiste de music-hall, Guy Bedos est un humoriste engagé.
Il dresse ici un état des lieux de son métier face à la politique.
L’humour, estime-t-il, a le pouvoir de consoler et de venger.

Politis : Comment voyez-vous le métier d’humoriste ? Guy Bedos I Je ne peux pas avoir une vision unique parce que je suis un humoriste engagé. Chez moi, ce n’est pas ringard, et j’emmerde ceux qui pensent que ça ne se fait plus. Quand j’ai débuté ce métier, j’ai commencé par me cacher derrière des personnages. C’était le cas pour « Vacances à Marrakech », un sketch contre le racisme. Après, j’ai connu un double chagrin, la séparation avec ma femme et l’élection de Giscard d’Estaing. C’est à ce moment-là…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.