Gouverner par la peur

Cinq jours avant l’assassinat de Natalia Estemirova, le responsable de l’association Memorial, à Grozny, à laquelle elle collaborait, avait été convoqué par un haut fonctionnaire tchétchène qui lui avait expliqué que les enquêtes de l’organisation de défense des droits de l’homme, et plus particulièrement celles de Natalia Estemirova, déplaisaient en haut lieu. Sans dissimuler que l’obstination de cette association créée au début des années 1990 par l’académicien Andreï Sakharov et sa femme, Elena Bonner,…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.