Orelsan, encore

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Les Francofolies de La Rochelle ont déprogrammé le rappeur Orelsan, qui devait se produire le 14 juillet. Prétexte avancé par Gérard Pont, directeur du festival : risque de trouble à l’ordre public. C’est bien le seul à avoir ce genre de crainte puisque tous les concerts donnés par le rappeur depuis le début de la polémique se sont déroulés dans le calme. Gérard Pont dément avoir pris cette décision sous la pression de la présidente de la Région Poitou-Charentes, Ségolène Royal. Celle-ci, qui a déclaré « se réjouir » de cet acte de censure, avait pourtant demandé des « clarifications » aux organisateurs des Francofolies sur la présence de l’artiste.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.