Quand le RSA sème la pagaille

Loin du tintamarre de la communication gouvernementale, la mise en place du revenu de solidarité active n’est pas si évidente sur le terrain. Exemple en Loire-Atlantique.

Le revenu de solidarité active (RSA) est l’occasion pour Martin Hirsch, haut-commissaire aux Solidarités actives, d’occuper le terrain médiatique. Après l’entrée en vigueur le 1er juin de ce nouveau minimum social, les premiers versements à quelque 1,3 million de foyers, le 6 juillet, ont été supervisés par le haut-commissaire en personne. Officiellement, tout va bien. Le dispositif, qui remplace le RMI et l’allocation de parent isolé (API), joue à la fois le rôle de revenu minimum garanti pour les…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Éloge de l’intersectionnalité

Idées accès libre
par ,

 lire   partager

Appel pour les marches des libertés samedi 28 novembre partout en France

Tribunes accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.