Rasfandjani prend position

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


Lors de son prêche du vendredi, à l’université de Téhéran, l’ancien président iranien Akbar Hachémi Rasfandjani a vivement contesté, le 17 juillet, la victoire de Mahmoud Ahmadinejad à la présidentielle de juin. « Un grand nombre de gens sensés du pays ont dit qu’ils avaient des doutes » sur les résultats du scrutin, a-t-il déclaré, « nous devrions œuvrer à répondre à ces doutes » . Selon lui, le pays est dans une situation de « crise ». M. Rafsandjani, qui dirige aujourd’hui deux institutions clés du régime, l’Assemblée des experts et le Conseil de discernement, a demandé la libération des centaines de manifestants emprisonnés et la réouverture des médias suspendus.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.