Trois questions sur l’Iran

Près d’un mois après l’élection présidentielle, l’universitaire iranien Omid Sabze Azadi* tente d’évaluer ici les rapports de force au sein de la société iranienne.

Ahmadinejad dispose-t-il encore d’une forte base populaire ? Non. Il n’est pas le champion d’un Iran rural et conservateur. La population rurale est minoritaire en Iran. Entre 65 % et 70 % des Iraniens vivent en ville. D’autre part, les paysans ont de multiples raisons d’en vouloir à leur président. Ainsi, pendant son mandat, les importations de thé, d’ail, de riz ou de coton ont triplé, ce qui a provoqué la colère des producteurs iraniens. Par ailleurs, les classes populaires des villes qui l’avaient élu…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.