Mascarades

Bernard Langlois  • 1 octobre 2009 abonné·es

Tralala

Que retiendra-t-on de ce sommet du G20 si ce n’est son impuissance à prendre le taureau de la crise par les cornes, au point qu’il a fallu faire diversion en sortant l’épouvantail iranien du magasin des accessoires ? Un tralala dispendieux pour pas grand-chose ; sinon, pour nous Français, une prestation ratée du Prince face à deux questionneurs bien peu réactifs – comme d’hab’ –, marquée par une autosatisfaction grotesque (c’est la France qui, que, c’est moi que, qui…), des mensonges hauts comme des gratte-ciel new-yorkais (paradis fiscaux : a-pu ! Bonus : finis !), des erreurs révélatrices de l’ignorance des sujets traités (le CO2 qui troue la couche d’ozone) et un lapsus particulièrement calamiteux – bien que linguæ  ! – qui apprendra au PPR (Petit Père des riches) à ne pas s’aventurer sur des chemins glissants, surtout quand on est en terre étrangère et censé s’occuper des grands problèmes de la

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Edito Bernard Langlois
Temps de lecture : 10 minutes