De quels droits/Transparence totalitaire

Décidément, rien ne va plus entre nos gouvernants et les médias. En novembre, l’affaire Jean Sarkozy avait conduit son président de père à exprimer tout son mépris pour la gent médiatique. « Il y a ceux qui agissent et il y a ceux qui commentent » , avait-il dit, assimilant révélations et informations sur le dossier Epad à du commérage inutile. Ministres et collaborateurs ont aussitôt intégré cet « élément de langage » et ne parlent plus que de « commentateurs ». Le porte-parole de l’UMP, Frédéric…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.