Réussir Mexico par un sursaut démocratique

Damien Demailly  et  Yannick Jadot  • 24 décembre 2009 abonné·es

Les chefs d’État n’auront pas pu cacher longtemps les lacunes coupables de l’accord de Copenhague, qui ne prévoit pas grand-chose sinon des financements immédiats pour les pays les plus pauvres, mais qui risquent d’être ponctionnés sur l’aide au développement existante – à l’image de la contribution française. Accord qui conduit à un réchauffement de plus de 3,5 °C, totalement inacceptable, élaboré par 28 chefs d’État et de gouvernement seulement, dont les plus puissants de la planète n’ont pas eu le courage d’assumer le

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Écologie
Temps de lecture : 3 minutes

Pour aller plus loin…