Roland Gori : «Gripper la machine à décerveler»

À l’occasion de la publication de l’ouvrage collectif de l’Appel des appels, Roland Gori revient sur un an de réflexions et d’actions collectives.

Pauline Graulle  • 14 janvier 2010 abonné·es
Roland Gori : «Gripper la machine à décerveler»

Politis : Dans votre ouvrage, intellectuels et professionnels montrent comment les « réformes » actuelles de la justice, de l’université, de l’Éducation nationale, de l’hôpital, etc. ont pour seul et même objectif d’introduire, partout, l’idéologie gestionnaire. Dans quelle mesure Nicolas Sarkozy est-il responsable de ce tournant ?

Roland Gori : Les « réformes » gouvernementales ont exhibé sans état d’âme leur caractère idéologique. On nous demande sans cesse de privilégier l’intérêt économique par rapport à l’intérêt humain : le soin est devenu une « prestation de service »,

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Idées
Temps de lecture : 6 minutes