Des puces contre des pions

Face aux violences scolaires, deux réponses s’opposent : vidéosurveillance ou meilleur encadrement. Ce clivage traduit un positionnement idéologique qui vaut pour la société tout entière.

Manon Loubet  • 25 février 2010 abonné·es
Des puces contre des pions
© Photo : Demarthon/AFP

L’école, c’est la France en petit et en concentré. Les réactions face aux violences scolaires en offrent un nouvel exemple. Entre 50 et 80 établissements de l’académie de Créteil étaient en grève le 16 février. Le 8 janvier, un élève du lycée Darius-Milhaud au Kremlin-Bicêtre est mort poignardé. Le 3 février, un jeune du lycée

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Société
Temps de lecture : 3 minutes