La Coordination des précaires et intermittens : Une expulsion ?

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


La Coordination des intermittents et des précaires d’Île-de-France (CIP-IDF) sera-t-elle relogée ? Installée depuis 2003 au 14, quai de Charente, dans le XIXe arrondissement de Paris, la CIP est censée quitter les lieux pour laisser libre cours aux travaux d’aménagement de la ZAC Claude-Bernard, engagés par la Mairie de Paris. Celle-ci a proposé deux solutions de relogement à la CIP-IDF, mais dans des bâtiments trop petits pour permettre la continuation des activités de la Coordination, qui abrite des permanences sociales d’information, une Université ouverte, ainsi qu’une cantine, des cours de sport, une bibliothèque, des concerts, des projections, des lectures… La CIP-IDF ayant décliné ces propositions insuffisantes, la Mairie de Paris lui a envoyé un avis d’expulsion, puis l’a assignée devant le tribunal. L’audience aura lieu mardi 9 mars.

La Coordination a lancé une pétition intitulée « Nous avons besoin de lieux pour habiter le monde », où l’on peut notamment lire : « À l’instar des chômeurs menacés de radiation dès lors qu’ils osent refuser deux “offres raisonnables d’emploi”, même dans des conditions dégradées et sous-payées, il faudrait, sous la menace d’une expulsion et de lourdes pénalités financières, se montrer, là aussi, raisonnables et accepter des propositions aussi inadéquates qu’impératives. » La CIP-IDF organise également des journées d’information et de mobilisation contre la menace qui pèse sur elle, une expulsion qui ferait singulièrement tache dans le bilan de la municipalité actuelle si celle-ci avait vraiment lieu. Prochaine journée : le samedi 6 mars, à partir de 17 heures.


Coordination des intermittents et précaires d’Île-de-France, 14-16 quai de la Charente, 75019 Paris (métro Corentin-Cariou), 01 40 34 59 74, .

Haut de page

Voir aussi

Articles récents