Les services sociaux ne sont pas des services marchands

Il est impératif de mener
une bataille pour que
les services non économiques d’intérêt général sortent
du champ de « la concurrence libre et non faussée ».

Il est maintenant bien connu que l’Organisation mondiale du commerce (OMC) préconise la libéralisation de tous les services, notamment depuis l’Accord général sur le commerce des services (AGCS), et que l’Union européenne se fonde, de son côté, sur le libre marché et la concurrence non faussée pour le meilleur et la liberté de chaque individu. Cette orthodoxie libérale est, selon les temps et les pays, plus ou moins régulée par les États (et les collectivités territoriales), bien que cette régulation soit,…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents