L’État abandonne ses foyers

Les négociations pour la cession d’Adoma par l’État ont suscité une grève et une manifestation. 
Les syndicats dénoncent le démantèlement de cet opérateur public du logement très social et de l’hébergement d’urgence.

Thierry Brun  • 8 avril 2010 abonné·es

«On était bien encadrés par les gendarmes mobiles alors que c’était une manif bon enfant ! » , raconte Souhayl Attyé, délégué syndical central CFDT d’Adoma, qui s’étonne d’un tel dispositif pour quelques centaines de salariés manifestant dans les rues de Paris, le 29 mars. Ce mouvement social refuse que soit bradé Adoma, outil de l’État le plus important dans le domaine de l’habitat social, qui a succédé à la Sonacotra en 2007. Fait rare, une journée morte a été

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Temps de lecture : 5 minutes