La tentation prométhéenne

Fallait-il ouvrir la boîte de Pandore de la biologie synthétique ? Non, estime Hervé Le Crosnier*, qui s’interroge sur les visées marchandes de la « découverte », et surtout sur ses dangers.

Hervé Le Crosnier  • 3 juin 2010 abonné·es
Le jeudi 20 mai, le journal Science a publié un article d’une équipe de recherche emmenée par l’Américain Craig Venter, revendiquant la création de la première cellule dotée d’un ADN entièrement réalisé par ordinateur [^2] . Pour Craig Venter, cela représente « une étape importante scientifiquement et philosophiquement » . Les associations de la société civile, notamment ETC Group, demandent un moratoire sur les techniques employées dites de « biologie synthétique » et appellent à une réflexion globale sur la génétique extrême. Si l’on veut bien quitter le mode dithyrambique sur lequel cette annonce est relayée par la presse, cette publication scientifique, et les recherches menées pour ce résultat, pose de nombreuses questions qui méritent toute l’attention des citoyens, des décideurs
Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Société
Temps de lecture : 9 minutes