L’association, une entreprise de service ?

La transposition en France de la directive Bolkestein oblige les associations d’intérêt général à jouer le jeu de la concurrence.

Les associations sans but lucratif forment encore le gros des services publics sociaux qui garantissent un égal accès à une crèche, à des soins, à une formation, ou viennent en aide à des personnes en difficulté. Ces services sont aussi considérés comme relevant de l’intérêt général. Mais plus pour longtemps. Le Premier ministre a présenté le 18 janvier une circulaire visant à clarifier le cadre juridique entre État et associations, peu de temps après l’achèvement de la transposition de la directive sur…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.