Dossier : Journalistes insultés, justice entravée, affaires étouffées

« Regarder plus que filmer »

Loin de la spectacularisation des fictions et des reportages, certains documentaristes poussent les portes de la police. Pour un résultat exceptionnel. Tel est le cas de Mosco Boucault.

En 1982, avec Faits divers , Raymond Depardon posait sa caméra dans un commissariat de quartier du Ve arrondissement parisien. S’y succédaient de menues affaires judicaires, anodines et tragiques. Depardon ne sollicitait pas l’événement. Il enregistrait. Plus de vingt ans après, Mosco Boucault 1 a livré un pendant au film de Depardon, avec un travail au long cours, étiré sur plusieurs années, Roubaix commissariat central, affaires courantes. Au gré des jours : un différend familial ; une tentative de vol…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.