Succès du candidat libéral

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


La Pologne ne penche pas à gauche, c’est le moins que l’on puisse dire. Pour le second tour de la présidentielle, les électeurs avaient le choix, dimanche, entre le très libéral Bronislaw Komorowski et l’ultraconservateur Jaroslaw Kaczynski. Si le candidat libéral l’a emporté avec 53,01 % des voix, le score de son rival (46,99 %), qui a rattrapé près de vingt points dans les sondages en deux mois, est considéré comme un « succès inouï », selon le titre d’un grand journal polonais. Il reste à savoir si ce résultat a un sens pour l’avenir, à quelques mois des élections municipales, ou s’il est la conséquence d’un vote sentimental en faveur du frère jumeau de l’ex-président, mort en avril dans un accident d’avion.


Haut de page

Voir aussi

Grève du 13 janvier dans l’Éducation nationale : dans le cortège, le malaise est partout

Sur le vif accès libre
par et ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.