Un coup de cochon

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


D’un côté, la Commission européenne remise une procédure d’infraction contre la France pour pollution de sources d’eau potable par les nitrates en Bretagne, car la situation s’améliore ; et puis un plan pour l’élimination des algues vertes (dues aux nitrates, entre autres) est lancé. Et de l’autre, un amendement scandaleux, adopté en commission à l’Assemblée nationale, visant à faire passer de 450 à 2 000 places le seuil d’occupation d’une porcherie nécessitant une étude d’impact ! Selon l’association Eaux et rivières, les deux tiers des projets passeront sans effort, deux fois plus qu’avant. Moralité : puisque ça va mieux, redoublons d’efforts pour maintenir les nitrates à leur niveau d’antan !


Haut de page

Voir aussi

Louis Mieczkowski, l'insaisissable

Société accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.