Le docu et la maladie du zapping

À Turin, les Journées européennes ont été l’occasion de défendre
la production documentaire.
Un exercice affaibli
par la mode réductrice
du « pitch ».

Jean-Claude Renard  • 23 septembre 2010 abonné·es

C’est devenu un exercice régulier des festivals : le pitch. C’est-à-dire la présentation en quelques mots d’un projet de film. Un grand oral en quelque sorte. Non sans enjeu puisqu’il s’agit de séduire en une ­poignée de minutes un « jury » composé de professionnels de l’écran, de décideurs. Face au jury en question, un auteur, producteur ou

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Médias
Temps de lecture : 4 minutes