Dossier : La gauche face à ses responsabilités

Quand le travail ruine la santé

Les maladies professionnelles, physiques et psychiques, sont en augmentation. Mais il est bien difficile pour les salariés de les faire reconnaître comme telles. Attention : travailler tue…

Denise s’en sort plutôt bien, du moins dans la version présentée par le gouvernement. À 56 ans, cette manutentionnaire dans une usine fabriquant des équipements automobiles souffre, « à la suite de ports répétés de charges lourdes » , de raideurs de l’épaule et de sciatique chronique. Le ministère du Travail ajoute que ces pathologies « ont été reconnues comme maladies professionnelles à un taux supérieur à 20 %. Elle a été reclassée dans un emploi de bureau. Compte tenu du relèvement de l’âge légal à 62…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Grève du 13 janvier dans l’Éducation nationale : dans le cortège, le malaise est partout

Sur le vif accès libre
par et ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.