La nouvelle conquête de la finance

La conférence mondiale sur la biodiversité sera l’occasion pour certains États de pousser à la financiarisation de la nature. Avec quelles conséquences pour les écosystèmes ?

Thierry Brun  • 14 octobre 2010 abonné·es

Difficile à concevoir, le marché de la nature existe pourtant, et la conférence mondiale sur la biodiversité* de Nagoya devrait lui permettre de prendre son envol. Il y sera certes question de la disparition des espèces et de la mobilisation mondiale organisée par les Nations unies, qui ont décrété 2010 année de la biodiversité. Mais les 193 États signataires de la Convention sur la diversité biologique discuteront aussi d’une version révisée du « plan stratégique » de cette Convention, qui portera sur la période 2011-2020.

Ce plan contient

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Temps de lecture : 5 minutes