«Pas Sidney Poitier», de P. Everett : la liberté de ne pas être Noir

Avec Pas Sidney Poitier, l’Américain Percival Everett inverse avec humour les clichés et interroge finement les questions d’identité.

Percival Everett fait partie de ces écrivains américains de peau noire qui contribuent à faire sortir la littérature « noire américaine » de son ghetto, y compris en lui faisant ­perdre ce qualificatif, fortement connoté. « Quand j’ai commencé ma carrière il y a vingt-cinq ans, expliquait Percival Everett en 2009, il ne semblait y avoir que deux mondes possibles pour les personnages de fiction noirs et, par là même, deux mondes seulement que les auteurs noirs avaient le droit de dépeindre : la banlieue ou…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents