« Winter Vacation » : En grande vacance

Petit chef-d’œuvre d’humour absurde, Winter Vacation, du chinois Li Hongqi, met en scène le vide intérieur.

Christophe Kantcheff  • 24 février 2011 abonné·es
« Winter Vacation » : En grande vacance
© Photo : DR

Le cinéma, dit-on, est une fenêtre sur le monde. Il renseigne sur l’état d’un pays, d’une société, et ce d’autant plus que les images enregistrées viennent de loin. La Chine fait partie de ces contrées méconnues, fantasmées par les Occidentaux, que les films d’Edward Yang, Wang Bing ou Jia Zhangke contribuent en effet à éclairer, à représenter. Rien de tel avec Winter Vacation , de Li Hongqi. Ou, plus exactement, le film ne nous livre rien de ce qui a priori pourrait être spécifiquement chinois. On est là face à une abstraction déroutante et envoûtante, signée par un cinéaste dont c’est le troisième long-métrage et qui publie aussi des recueils de poésie.

Winter Vacation (« Vacances d’hiver ») met en scène des lycéens en congés scolaires. Cinq garçons qui ne savent pas quoi faire de leur peau, qui se retrouvent dans une chambre à jauger chacun leur tour la

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Culture
Temps de lecture : 5 minutes