Dossier : Libye, la guerre du moindre mal

Ce que nous voulons

La catastrophe de Fukushima est le cygne noir du nucléaire. En 2003, l’Autorité japonaise de sûreté nucléaire écrivait que le nombre de morts par radiation ou contamination parmi les voisins des centrales japonaises serait de un par million d’années. On se croirait en France. Les nucléocrates assoient leur arrogance sur un calcul de risque appelé « espérance mathématique » : la probabilité d’un accident majeur multipliée par le coût des dommages éventuels. Le risque n’est pas la faible probabilité…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.