Politis.fr lance le Baromètre des dérapages racistes de l'UMP

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Au lendemain des dernières élections cantonales, marquées par la percée du Front national de Marine Le Pen (15 % des voix au niveau national), Politis.fr fait le point sur plusieurs années de dérapages racistes à l'UMP (voir la frise plus bas).

Ces déclarations, entendues à tous les niveaux de l'appareil UMP, de la candidate aux cantonales aux ministres régaliens, ont joué un rôle certain dans cette nouvelle percée du FN. Les électeurs préfèrent toujours l'original à la copie, notamment quand Claude Guéant, le nouveau ministre de l'Intérieur, lâche trois jours avant le scrutin du 20 mars : «Les Français, à force d'immigration incontrôlée, ont parfois le sentiment de ne plus être chez eux» . La multiplication de pseudo-débats sur le voile, l'identité nationale et bientôt la «laïcité» vont dans le même sens d'une droitisation extrême du discours qui ne profite... qu'à l'extrême-droite.

Politis.fr vous invite à compléter ce baromètre en postant, en commentaire de cet article, des dérapages lus ou entendus (avec une source fiable en lien) de membres de l'UMP depuis la création du mouvement au service de Nicolas Sarkozy, en 2002.


Pour voir la frise chronologique en plein écran, cliquez ici.

Pour dérouler la frise et voir apparaître toutes les entrées, cliquez sur "+" en haut à gauche ou au pied du document.
Pour lire le détail d'une déclaration, cliquez dessus.
Toujours en haut à gauche, les onglets "Flipbook" et "List" proposent une présentation alternative de la frise.



Haut de page

Voir aussi

Articles récents