Incinérateur : Clermont, dernier espoir ?

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


C’est ubuesque, illégal, et c’est bien sûr près de chez vous : à Clermont-Ferrand, un collectif citoyen exemplaire par sa diversité et sa ténacité est parvenu à obtenir une majorité politique contre la construction d’un incinérateur d’ordures, fruit d’une volonté du siècle dernier. Gagné ? Non, car la ville est coincée par Valtom, le syndicat intercommunal chargé d’appliquer le plan départemental d’élimination des déchets, que le président du conseil général (63) refuse de réviser, en infraction avec la loi. Sous-représentée en voix au Valtom, Clermont, malgré ses 40 % de la population du Puy-de-Dôme, n’a aucune chance d’obtenir les deux tiers des votes requis pour en sortir. Sauf si le préfet intervient. Mais il n’est pas pressé. En attendant, le chantier a démarré… Les opposants appellent à un grand rassemblement national samedi 14 mai à 14 h sur le site, à Puy-Long (voir http://alterekolo-auvergne.org)


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.