Dossier : Mélenchon : « J'irai jusqu'au bout »

Le dépeçage de la chose publique

Les indignés grecs rejettent le deuxième plan d’austérité réclamé par l’Union européenne et le FMI, qui comprend des privatisations chiffrées à 50 milliards.

Le 16 juin, le Fonds monétaire international (FMI) lance un ultimatum à la Grèce. L’institution de Washington accordera un prêt contre un nouveau plan d’austérité, qui s’ajoute aux mesures de rigueur déjà décidées en 2010. Le FMI a renouvelé cette exigence auprès du gouvernement de Georges Papandréou, alors que les manifestations des indignés contre l’austérité se succèdent. Ainsi, à la réforme des retraites, aux coupes salariales dans la Fonction publique, etc., devrait s’ajouter, si ce plan est voté par…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.