Annecy échappe aux Jeux

Les membres du CIO ont choisi la ville sud-coréenne de Pyeongchang pour accueillir les JO de 2018. Annecy, ville candidate portée par la crème du capitalisme tricolore et le gouvernement, est recalée dans les grandes largeurs. Une victoire pour l'écologie, alors que les Jeux d'hiver de 2014 s'apprêtent à défigurer Sotchi, dans le Caucase russe.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Mercredi soir, les aigles, les gypaètes barbus, les marmottes, les bouquetins, les chamois, les logapèdes et même les loups ont fait la fête dans la montagne de Haute-Savoie pour célébrer la décision du Comité international olympique qui a envoyé les Jeux d’hiver en Corée du Sud, pays dont la première préoccupation n’est pas l’environnement. Ils seront rejoints dans cette célébration par les habitants de la région qui se disaient pour beaucoup défavorables aux monstrueux bétonnages de la région et à la mise en place des centaines de canons à neige qui seraient évidemment restés autour des nouvelles pistes.

Ouf ! Les Jeux soi-disant verts s’éloignent des Alpes. Soi-disant verts car les précédents d’Athènes et du Canada sont là pour rappeler que ces promesses écologiques n’engagent que ceux qui les écoutent. La coalition des élus politiques de la région et des industriels locaux a donc échoué. Ce n’est pas par hasard que le président Edgar Grospiron avait été remplacé par l’industriel Charles Beigbeder il y a quelques mois. Tous les aspects connus du dossier montraient que les nouvelles routes, les nouveaux équipements au destin sans lendemain allaient défigurer toute une région. Sans oublier ceux qui devaient, malgré les promesses, toucher les nombreuses réserves nationales de Haute-Savoie.

La France qui n’aime pas le sauvage et le détruit, la France qui n’apprécie la nature que dans les discours est donc débarrassée de la naissance d’une nouvelle et énorme verrue qui allait bouleverser ce qui reste de nature intact. Car contrairement à ses prétentions, le CIO n’apprécie que les promesses de constructions nouvelles et se moque de l’écologie. Il suffit de voir ce qu’il permet et apprécie dans la destruction des montagnes du Caucase pour les Jeux d’hivers de 2014 qui auront pour siège Sotchi, une station de bord de mer. Les Russes de cette région et les Caucasiens qui protestent contre le mal fait à leur région sont soit éloignés, soit réprimés. Comme les autres lieux de JO, les superbes montagnes qui serviront de terrain de jeux en 2014, avec la complicité des entreprises françaises de BTP dotées de juteux contrats, sortiront de l'événement définitivement défigurées.

Les marchands du temple qui avaient imprimés des milliers de casquettes et de t-shirts peuvent commencer à les solder. Quel plaisir d’entendre les pleureuses de la majorité comme l'ineffable Guy Drut se lamenter face à l’échec d’un projet aussi démentiel que les autres. Une victoire incontestable de l’écologie face à l’industrie de la neige qui, de toute façon, n’en a plus pour longtemps, au vu des conséquences déjà visibles du réchauffement climatique.

Illustration - Annecy échappe aux Jeux


Photo de Une : Fabrice Coffrini / AFP - Image article : CAO

Haut de page

Voir aussi

La bataille de l’information

Éditorial accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents