Histoire d’un grand bond en arrière

Aurélie Trouvé et Jean-Christophe Kroll rappellent que la coopération agricole entamée pendant la guerre froide a explosé dans les années 1980, avec le retour de la doctrine libérale.

Jean-Christophe Kroll  et  Aurélie Trouvé  • 14 juillet 2011 abonné·es

La période de guerre froide reste marquée par une forte croissance économique mondiale et un renforcement de la coopération entre les pays développés, sous l’égide des États-Unis, leaders incontestés du bloc occidental. Dans une certaine mesure, le contexte permet aux pays en développement de jouer de la compétition entre les deux blocs pour faire valoir leurs droits, ce qu’illustre la création du groupe des pays non alignés à la conférence de Bandung en 1955.


L’influence de ces pays est croissante au sein de la Conférence des Nations unies pour le commerce et le développement (Cnuced), l’organe alors reconnu de la concertation économique et commerciale internationale (le Gatt, club de pays riches et ancêtre de l’actuelle Organisation mondiale du commerce, n’a pas encore la prétention de se substituer aux organisations des Nations unies pour imposer son monopole en matière de négociations commerciales internationales).

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Publié dans le dossier
Un milliard de crève-la-faim
Temps de lecture : 8 minutes