Borloo, c’est cadeau !

L’ex-futur candidat centriste est un problème de moins pour Nicolas Sarkozy.

Entre des sondages catastrophiques, une affaire Karachi qui se rapproche dangereusement de l’Élysée et une défaite historique au sénat, Nicolas Sarkozy trouvera au moins un motif de réconfort : le renoncement surprise de Jean-Louis Borloo à la présidentielle. Le président du Parti radical a-t-il cédé à des pressions venues d’en haut, mélange subtile de menaces et de promesses ? Ou a-t-il été pris du vertige de la fonction ? Ses amis – les « cocus » de l’histoire – penchent pour la deuxième hypothèse.…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.