À contre-courant / Un accord pour que rien ne change

Obligés de parer au plus pressé devant la crise, les gouvernements des pays membres de la zone euro, la BCE et le FMI ont concocté depuis l’an dernier plusieurs plans de sauvetage de la Grèce, mais assortis d’une austérité qui a aggravé la récession (-4,5 % de PIB en 2011). Plus la dette grecque grossit (120 % du PIB en mai 2010, 160 % aujourd’hui), plus la capacité de l’État à l’honorer s’affaiblit. Les taux d’intérêt exigés s’envolent alors, aggravant le problème, qui lui-même fait grimper le cours des…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents