Itinéraire d’un prisonnier palestinien libéré

Samir Essaoui s’est trouvé dans l’échange de prisonniers opéré entre Israël et le Hamas en octobre. Il raconte sa détention et ses rêves détruits. Mais il garde espoir, seule possession des Palestiniens.

Clémentine Cirillo-Allahsa  • 10 novembre 2011 abonné·es

«Le dimanche à l’aube, ils nous ont mis de nouveau à l’isolement, sans nourriture et sans toilettes. » La suite, Samir Essaoui la raconte en se tordant les mains. Il fait partie des prisonniers palestiniens échangés contre le soldat israélien Gilad Shalit, retenu par le Hamas à Gaza depuis 2006. Le 18 octobre, Samir a descendu la rue qui mène jusqu’à la maison de ses parents, à Al Essaouia. Ce village, dans les collines de Jérusalem-Est, est l’un des nombreux épicentres de la souffrance et de la colère. Dix jours après sa libération, les banderoles claquent encore au vent, affichant une vieille photo de Samir, le visage plus jeune, la barbe plus fournie. Dix années ont passé. Sa détermination reste inchangée.

Contrairement à Gilad, Samir n’était pas soldat, mais, comme lui, il était très jeune, 18 ans, lorsqu’il a été arrêté pour la première fois. Il

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Publié dans le dossier
L'addition, c'est pour le peuple !
Temps de lecture : 9 minutes