Le Japon baisse la lumière

Avec 80 % de ses réacteurs à l’arrêt après l’explosion à Fukushima, le pays s’en sort grâce à une chasse au gaspillage.

À son corps (et gouvernement) défendant, le Japon, société énergétivore, se trouve dans une situation très particulière : sur 54 réacteurs nucléaires en état de marche avant l’accident de Fukushima en mars 2011, seuls 10 sont actuellement en service. Mais alors, comment font les Japonais ? Troisième producteur d’électricité nucléaire dans le monde, le pays couvrait, jusqu’au printemps, près de 30 % de ses besoins grâce au nucléaire, le thermique classique (fioul, gaz, charbon) comptant pour 60 % et…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.