Matraquage nocturne à « Occupy la Défense »

Le campement installé à la Défense depuis trois semaines a subi une nouvelle charge des forces de l’ordre, dans la nuit de samedi à dimanche. Les « Indignés » tiennent mais fatiguent.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


2h30 du matin, dimanche 27 novembre, la police intervient sans somation contre 70 « Indignés » qui dorment au pied des marches de l'arche de la Défense, en proche banlieue parisienne. Un dôme en carton de 5 mètres de diamètre, conçu par des artistes et acheminé sur le campement en pièces détachées quelques heures plus tôt est empoigné par les CRS et les gendarmes mobiles. « C'était une œuvre d'art, amovible et inhabitable , fait valoir Renaud, un participant contacté par téléphone. Nous avions déposé des demandes en bonne et due forme en préfecture. L'intervention était illégale. » Au cours de l'après-midi, samedi, 200 personnes s'étaient retrouvées sur la place d'après le communiqué de la « commission communication », envoyé dimanche, pour installer le dôme en grande pompe.

Depuis le début de l'occupation, malgré le froid, quelques dizaines d'« Indignés », parfois plusieurs centaines, tiennent un campement au cœur du quartier des affaires de la Défense. Les forces de l'ordre empêchent systématiquement l'installation de tentes ou d'abris de fortune. « Tout ce qui nous permet de nous réchauffer - les cartons, les cagettes - est rapidement confisqué » , raconte Florent, qui participe au campement. « C'est une stratégie politique, ajoute Mathilde. Les décisions sont prises par le préfet en cohérence avec la politique de son gouvernement » . Dimanche, l'intervention a fait un blessé (bras cassé).

La Défense, 15 novembre 2011 - Joël Saget / AFP

« Fatiguée et divisée »

Au cours d'une longue assemblée générale, dimanche, les Indignés ont décidé de maintenir le campement malgré ces conditions « hyper difficiles » , d'après Sophie, une participante jointe lundi par téléphone. La centaine d'indignés présente dimanche est « fatiguée et divisée » , raconte Mathilde : « À titre personnel, j'ai le sentiment que l'occupation a atteint son but en faisant parler des indignés. La mission est remplie, le mouvement doit continuer sous d'autres formes. »

En attendant, « occupy la défense » continue autour d'une poignée d'irréductibles. Les Indignés annoncent par ailleurs une marche, le 10 décembre, dans le nord de Paris, dans le cadre d'une nouvelle journée mondiale d'action.

La vidéo de l'installation du dôme et de l'intervention des forces de l'ordre:


Photos : AFP / Joël Saget

Haut de page

Voir aussi

Articles récents