Pierre Fournier, aux sources de l'écologie politique

Un ouvrage consacré au journaliste dessinateur Pierre Fournier rappelle son rôle prépondérant dans l'émergence de l'écologie politique.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Au début des années 1970, dans la première vie de Charlie Hebdo puis dans La Gueule Ouverte* , premier mensuel puis hebdomadaire consacré à l’écologie politique et aux combats de l’environnement et de la protection de la nature qui a disparu au début des années 1980, Pierre Fournier s’est mué en visionnaire de l’écologie. Visionnaire, car en dépit de sa mort prématurée d’un infarctus causé par le surmenage à 35 ans en 1973, cet ancien employé de la Caisse des Dépôts et Consignations devenu dessinateur a raconté ou annoncé tous les débats actuels des écologistes et des protecteurs de la nature.

Il dessinait et écrivait des articles dont l’actualité reste intacte, 40 ans plus tard. Il fut même, grâce à Charlie Hebdo qui vendait alors jusqu’à 150 000 exemplaires, l’organisateur de la plus grande marche pacifique organisée contre le nucléaire civil : le 10 juillet 1971, sans appui de la « grande presse », il mobilisa une quinzaine de milliers de joyeux manifestants contre le projet de la centrale du Bugey.

Illustration - Pierre Fournier, aux sources de l'écologie politique Le livre 1 qui raconte son histoire et tous ses combats, tout comme la création de La Gueule Ouverte, permet de redécouvrir ses dessins et ses articles rassemblés par sa femme Danielle, devenue journaliste après sa disparition. L'ouvrage rappelle, contrairement à ce que racontent les politiques et les journalistes qui ont la mémoire trop courte, que la contestation écologique fondamentale, celle qui remet en cause le nucléaire et les dogmes de la société de consommation et de gaspillage, ne date pas d’hier.

Ce livre ne joue pas seulement sur la nostalgie d’une époque ; il rappelle que l’obstination de quelques militants, parfois plus décidés et radicaux qu’aujourd’hui, a contribué à transformer progressivement le regard des autres journalistes sur les écologistes qui osaient se dire « politiques ». Il a ainsi oeuvré avec obstination pour faire sortir de l’ombre des contestations et des combats que les patrons de presse préféraient alors occulter. Comme en témoigne le recueil 2 sur l’évolution de la presse vis-à-vis de l’écologie et de la protection de la nature publiée récemment par l’association des Journalistes-écrivains pour la nature et l’écologie.

Il faut relire Fournier, prendre connaissance de son histoire et de ses histoires, à la fois pour comprendre le chemin parcouru et mesurer celui qui reste à parcourir. Un chemin qui ne peut pas seulement passer par des Grenelle et des commissions de concertation dans lesquels les pouvoirs roulent les écolos dans la farine.


  1. Fournier, précurseur de l’écologie par Patrick Gominet et Danielle Fournier, éd. les Cahiers dessinés, 270 pages, 24 euros. 

  2. 40 ans d’écologie dans la presse, JNE, asso.JNE@free.fr, 52 pages, 5 euros. 


Haut de page

Voir aussi

Articles récents