Rigueur budgétaire à marche forcée

L’accord franco-allemand ne s’attaque pas aux racines de la crise. La finance est épargnée.

Après le feu vert du Parlement européen à la réforme de la zone euro en septembre, Nicolas Sarkozy et la chancelière allemande, Angela Merkel, ont conclu un accord de révision du traité de l’Union européenne dont l’objectif est d’inscrire les politiques d’austérité dans les constitutions des États membres de l’UE. Le couple franco-allemand veut ainsi imposer, « à marche forcée pour rétablir la confiance », comme l’a indiqué Nicolas Sarkozy, une mise sous tutelle des pays de la zone euro : le nouveau traité…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.