Le marché ou la guerre

Dans son premier éditorial de la nouvelle année, le patron du Monde (que plusieurs personnes continueraient me dit-on de regarder comme un journal de référence), manifestement désireux de proclamer que jamais l’éditocratie ne se détournera de sa mission de conditionnement des masses, met en garde « toutes ses lectrices » et « tous ses lecteurs » (avant de leur adresser, tout de même – le gars est urbain –, ses « meilleurs » vœux) contre l’inconséquence qu’il y aurait à voter en avril pour une gauche…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.