« Le Crif n’a jamais fait gagner ou perdre une élection »

Le sociologue Samuel Ghiles-Meilhac analyse l’influence réelle
de l’association sur la vie politique française.

**À quoi sert le dîner du Crif ? Samuel Ghiles-Meilhac :** L’idée du dîner revient à Théo Klein, président de 1983 à 1989 de cet organisme rassemblant plus d’une soixantaine d’associations juives. En 1985, il souhaite créer un dialogue régulier entre la communauté juive organisée et le pouvoir politique. Le premier dîner, avec Laurent Fabius, inaugure ce qui devient progressivement un rituel à la fois communautaire et républicain. Dans les années 1990, alors que la Shoah prend une place considérable dans…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents