Gaza vise l’indépendance... énergétique

Le territoire tente d’assurer sa production électrique en dehors des contraintes imposées par Israël. Par Christophe Oberlin.

Il pleut sur Gaza. Pas le crachin habituel en cette saison, suffisant pour l’agriculture séculaire de la région. « À Gaza, écrivait Ibn Haukal au Xe siècle, il n’est point besoin d’arroser les cultures : elles le sont naturellement par la pluie et la rosée du matin. » Cette fois-ci, c’est une pluie battante qu’on dirait tropicale si la température n’était exceptionnellement basse : moins de 10 °C au matin. Il neige d’ailleurs sur la Jordanie et à Jérusalem. En fait, c’est la tempête qui fait rage, sur…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

En Artsakh, sous les bombes

Monde accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.