Le dépanneur tardif

Lejaby, Petroplus… Nicolas Sarkozy se découvre une vocation de sauveur d’usines en difficulté. Pourquoi seulement maintenant ?

Michel Soudais  • 8 mars 2012 abonné·es

Surprise du chef, le 1er mars, dans la matinale de France Inter. Nicolas Sarkozy, sans même être interrogé sur le sujet, annonce le prochain redémarrage du site sidérurgique de Florange, où les deux ­hauts-fourneaux sont à l’arrêt depuis des mois.

Au micro, le ­président-candidat se vante d’avoir eu la veille « une longue réunion de travail avec Lakshmi Mittal »  et claironne : « À la demande de l’État français, ArcelorMittal va investir maintenant 17 millions d’euros à Florange. » Fier de son effet, il détaille cette enveloppe qui, précise-t-il, sera confirmée par un communiqué de l’entreprise dans les heures qui viennent : 2 millions

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Politique
Temps de lecture : 4 minutes