Schmidheiny ou la farce du développement durable

Le fait que le principal promoteur du développement durable (DD) se soit révélé un serial killer est presque trop beau pour quelqu’un comme moi qui, depuis des années, ferraille contre ce pseudo-concept pour en dénoncer l’imposture. À l’occasion de l’ouverture du procès de l’amiante à Casale Monferrato, je n’ai pu croire, lorsque j’ai vu apparaître dans la presse le nom du milliardaire suisse propriétaire de l’usine, Stephan Schmidheiny, qu’il s’agissait du héros de Rio 1992. Après tout, un Schmidheiny…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Louis Mieczkowski, l'insaisissable

Société accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.